mardi 29 novembre 2011

matt pyke gaité lyrique









Matt Pyke, l’un des designers les plus innovants et attachants de sa génération, a contribué à la vulgarisation du motion design dans le monde. Après une première reconnaissance artistique en 2009 avec l’installation Forever au Victoria & Albert Museum de Londres, la jeune anti-star anglaise relève le défi d’une première exposition monographique avec onze œuvres et installations originales pour la Gaîté lyrique.

Sous l'impulsion de Jérôme Delormas, directeur de la Gaîté lyrique, 12 oeuvres et installations originales et 2 rétrospectives envahissent pendant un mois et demi les espaces d'exposition de la Gaîté lyrique.

A travers son studio Universal Everything, Matt Pyke déploie de multiples explorations graphiques - création de logos animés pour MTV, Warp ou encore AOL, films d’art pour Nokia, Audi ou Chanel.

Le jeune artiste anglais de 36 ans développe, avec ses proches collaborateurs, une vision sensuelle et très pop des nouvelles technologies. D’apparence parfois naïve, ses œuvres s’appuient sur des développements numériques complexes, élaborés à partir d’une subtile appréciation du vivant et de la nature. Dans la petite salle, d’étranges formes primitives s’agitent au son de percussions tribales et de mantras.

Ici, un monstre de 3m de haut, tantôt grizzly psychédélique tantôt homme pierre, ne cesse de muter. Là, un bloc monolithique invite à un ballet moléculaire. Sur la mezzanine, des danseurs se battent contre un ouragan sonore avant de retomber en poussière. Des cabinets de curiosités présentent une peuplade de fossiles synthétiques, tandis que devant le foyer historique on plonge dans le cerveau en ébullition d’un certain Matt Pyke.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire